Aller au contenu
Emu Nova Forums

Antekrist

Team Emu Nova
  • Compteur de contenus

    4 094
  • Inscription

  • Dernière visite

Tout ce qui a été posté par Antekrist

  1. Antekrist

    Contribuer au Projet Veda.

    En même temps t'as de clause qui t'interdise de les publier ailleurs... Vous êtes quand même rigolos : vous vous réveillez après trois ans de silence radio et il faudrait vous attendre au pied levé. Désolé d'avoir une vie en dehors d'Emunova.
  2. Antekrist

    Génération AMIGA

    Bien sûr. Et ça marche d'autant mieux que les ST-istes ont déserté le forum depuis longtemps.
  3. Antekrist

    Contribuer au Projet Veda.

    Si, mais maintenant il faut que je comprenne comment on corrige AVANT de merger. Parce que si je le fais après et qu'entretemps le boss passe et publie, on va se retrouver avec des tests à coquilles, et je préfère les tests sans coquilles. Ou alors, si je trouve pas, je te mettrai les corrections proposées en commentaire, charge à toi de les apporter et de me prévenir en suivant. Ouaip, je sais, c'est un peu lourd, mais en attendant...
  4. Antekrist

    Génération AMIGA

    C'est surtout plus beau que du ST. Et c'est ça qui compte.
  5. Antekrist

    (noob)[Dreamcast]Demul , aucun plugin video et son, need help

    Je ne saurais pas t'aider, je n'ai jamais pu utiliser Demul. Et vu le peu de fréquentation en ce moment, tu auras bien de la chance si quelqu'un te répond.
  6. Antekrist

    On se présente !

    J'avoue, je m'en suis pas méfié plus que ça de celui-là. Il avait même pas renseigné le champ "Je joue à" avec de la merde.
  7. Antekrist

    Contribuer au Projet Veda.

    Ca y est, j'ai mergé.
  8. Antekrist

    (noob)[Dreamcast]Demul , aucun plugin video et son, need help

    A priori ça serait simplement un redistribuable qui n'est pas installé sur ton PC. Installe-le en passant par là et tu ne devrais pas avoir de souci. Maintenant, comme je n'aime pas Shenmue, je n'ai jamais essayé de le faire tourner. Tu me diras si nullDC le gère.
  9. Antekrist

    (noob)[Dreamcast]Demul , aucun plugin video et son, need help

    Salut. Pardon mais tu as une raison particulière pour vouloir utiliser Demul ? C'est pour émuler autre chose que la Dreamcast (NAOMI, Atomiswave...) ? Je te demande ça parce que perso, j'ai jamais été foutu de faire tourner cet émulateur, quelle que soit la machine sur lequel je l'utilisais. Chankast est un peu dépassé maintenant, mais j'obtiens de très bons résultats avec nullDC. Maintenant si c'est vraiment Demul et rien d'autre, je vais creuser un peu.
  10. Antekrist

    Le topic des Comics

    Il suffit que les hommes de bien ne fassent rien pour que le mal triomphe. Du coup je sais pas trop où je me situe dans ce proverbe, rapport au pseudo et tout, mais ouais, je continue. En même temps c'est une petite chro que je copie-colle sur plusieurs forums (tous plus ou moins léthargiques du reste, mais ça réagit parfois).
  11. Antekrist

    Notez les jeux que vous connaissez !

    Ou alors, troisième possibilité, lire son post.
  12. Antekrist

    Le topic des Comics

    Urban a instauré une politique de sorties rapprochées entre deux tomes d'une même série, que les autres éditeurs s'empressent désormais d'appliquer, vu que ça marche et que ça fait plus de brouzoufs. Il est ainsi possible de suivre aussi bien Black Science qu'Invincible sans gros temps morts, alors qu'il fallait souvent compter six mois voire un an auparavant. Cependant, ce mois de mai n'est pas non plus particulièrement riche en sorties. Heureusement, elles sont pour la plupart de qualité, et finalement, c'est ce qui compte. LE COMICS (indé) DU MOIS (de mai) WAKE UP AMERICA (tome 2, éditions Rue de Sevres) scénario : Andrew AYDIN et John LEWIS dessin : Nate POWELL (Swallow Me Whole, Any Empire) genre : comics qui devrait être reconnu d'utilité publique édité chez TOP SHELF aux USA (contient March 2) A l'heure de l'investiture de Barack Obama, le sénateur John Lewis, fervent défenseur des droits civiques qui s'est battu aux côtés de Martin Luther King et de bien d'autres, se remémore justement les évènements qui se sont déroulés à l'aube des années 60 et mesure le chemin parcouru depuis lors. La ségrégation raciale était encore dominante dans le sud du pays, et différents mouvements protestataires se rassemblèrent pour conduire à la désormais légendaire marche de Washington, qui changea tout. A la base, Andrew Aydin est l'attaché de presse de John Lewis. A travers cette trilogie, encore en cours de parution aux Etats-Unis, il a voulu célébrer la vie politique et l'idéologie militante de son patron. Le représentant parlementaire fait en effet partie de ceux qui ont marché pacifiquement à travers toute l'Amérique pour protester contre la ségrégation, et pour se battre pour un idéal démocratique favorable à tous, qu'ils soient Noirs ou Blancs. Adoubé par Lewis en personne, le récit déroule les nombreux faits marquants qui ont conduit à la progression des droits des Afro-Américains à travers une suite de flashbacks tout en retenue. Le premier volume s'intéressait au côté symbolique des premières marches et des débordements qu'elles ont entraîné. Ce deuxième tome fait la part belle au volet politique de cette période historique. D'une sobriété que d'aucuns qualifient d'exagérée, cette retranscription trouve pourtant sa force dans l'horreur même de ce qui se déroulait à l'époque, et évite justement de rajouter du pathos qui aurait été totalement inutile. Pour ce faire, elle peut s'appuyer sur les dessins de Nate Powell. L'artiste, plutôt habitué aux oeuvres intimistes, dévoile des personnages incroyablement expressifs et maîtrise complètement sa narration grâce à un story-telling malin. L'auteur de Swallow Me Whole ou Any Empire, deux histoires presques autobiographiques (que je vous recommande chaudement, elles aussi), se montre ici plus traditionnel, mais ses emphases sur certains moments forts n'en sont que plus marquantes. DANS LE RESTE DE L'ACTUALITE UBER (tome 1, éditions Panini) scénario : Kieron GILLEN (Iron Man, Journey into Mystery) dessin : Caanan WHITE (Ptolus, the Harlem Hellfighters) genre : achtung ! Es ist ein uchronie où les nazis ont leurs übermenschen édité chez AVATAR PRESS aux USA (contient Uber 0 à 5) En 1945, alors que tout semble perdu pour l'Allemagne nazie, le professeur Metzger et le docteur Bergen expérimentent sur des cobayes humains afin de produire littéralement des super-soldats. Ces créatures pourraient bien changer le résultat de la seconde guerre mondiale. Le point de vue adopté par Kieron Gillen est volontairement malsain. On ne sait jamais vraiment qui sont les héros, l'auteur évitant soigneusement toute notion manichéenne, même lorsqu'il s'agit de mettre des mots dans la bouche des nazis. Au dessin, Caanan White assure le spectacle, tant par ses corps bodybuildés que par son découpage nerveux. (4/5) CROSSED : TERRES MAUDITES (tome 4, éditions Panini) scénario : Christos GAGE (Absolution) et David LAPHAM (Murder Me Dead) dessin : Miguel Angel GARRIDO (Grimm Fairy Tales : Myths & Legends) et Christian ZANIER (Rising Stars) genre : nichons et tripaille au pays des zombies édité chez AVATAR PRESS aux USA (contient Crossed : Badlands 29 à 36) Lorsqu'un infecté plus malin que les autres lui propose un marché, Oliver Dauphinais est prêt à trahir l'humanité pour sauver sa peau. Amanda, quant à elle, ne peut plus compter que sur les conseils de son âme damnée si elle veut survivre après le massacre de ses amis de la Base M. Chacun de son côté, Christos Gage et David Lapham abordent la question de la survie en conditions extrêmes, le deuxième mettant de nouveau en scène l'un de ses personnages fétiches. Au dessin, Miguel Ruiz est toujours aussi sombre, mais Christian Zanier apporte un peu d'élégance à cette arche étouffante. (2,5/5) ANGRY BIRDS (tome 4, éditions Le Lombard) scénario : Glenn DAKIN (Deadline), Pascal OOST, Jeff PARKER (Agents of Atlas) et Paul TOBIN (Bandette) dessin : Audrey BUSSI, Thomas CABELLIC, Christine CHATAL, Cesar FERIOLI PELAEZ (Walt Disney's Comics & Stories), Corrado MASTANTUONO (Dylan Dog), Isa PYTHON et Paco RODRIGUES genre : noms d'oiseaux et blagues cochonnes édité chez ROVIO BOOKS, un label d'IDW PUBLISHING, aux USA (contient des histoires tirés d'Angry Birds Comics 2, 5, 8 et HalloweenFest Special, plus deux histoires inédites) Les Bad Piggies ont ouvert leur propre parc d'attraction sur Piggy Island, et les Angry Birds, malgré leur méfiance initiale, vont y passer une excellente journée. Mais ils vont finir par découvrir la supercherie, une de plus à mettre au compteur de leurs ennemis jurés. Le principe est désormais mis en place et fonctionne visiblement pas mal, puisque tant IDW aux Etats-Unis que Le Lombard en France continuent de diffuser ces produits dérivés, pourtant de bien piètre qualité. (2/5) SPAWN, la MALEDICTION (tome 13, éditions Delcourt) scénario : Brian HOLGUIN (Aria) et Todd McFARLANE (Spider-Man) dessin : Angel MEDINA (KISS : Psycho Circus) et Nat JONES ('68) genre : super-démon avec de gros problèmes de logement édité chez TODD McFARLANE PRODUCTIONS, un label d'IMAGE COMICS, aux USA (contient Spawn 135 à 146) Violator, expérimentant à plus grande échelle les pouvoirs qu'il s'est découvert, a pris le contrôle de tous les esprits des habitants de New York. Plus tard, Mammon vole la mémoire d'Al Simmons lors de leur ultime face-à-face, et ce dernier se met à errer sans but à travers les Etats-Unis. Brian Holguin dévoile un premier story-arc haletant de bout en bout, jouant la carte du héros complètement dépassé par les évènements. Et Nat Jones, associé pour l'occasion à Angel Medina, apporte un certain cachet à l'histoire. Les épisodes suivants ne sont qu'un bouche-trou avant le grand barouf du cent-cinquantième épisode. (3,5/5) BLACK SCIENCE (tome 2, éditions Urban) scénario : Rick REMENDER (Deadly Class, Captain America) dessin : Matteo SCALERA (Secret Avengers, Batman) genre : science-fiction comme la vieille série télé Sliders mais en mieux édité chez IMAGE COMICS aux USA (contient Black Science 7 à 11) Suite à la mort de Grant McKay, les dimensionautes survivants se retrouvent piégés dans une nouvelle dimension hostile, leur pilier de téléportation inservable. Sur ce monde, ils vont devoir faire face à une horde de créatures insectoïdes dotées de grands pouvoirs télépathiques. Rick Remender organise la fuite en avant de ses personnages en changeant pour l'occasion de point de vue, et en creusant le passé souvent lourd de ses personnages secondaires. Au dessin, Matteo Scalera brille de mille feux, son imagination débridée faisant merveille à retranscrire les univers bigarrés de son scénariste. (4/5) a GAME of THRONES, le TRONE de FER (tome 5, éditions Dargaud) scénario : Daniel ABRAHAM (Skin Trade) et George R.R. MARTIN (Wild Cards) dessin : Tommy PATTERSON (Farscape, Tales from Wonderland) genre : heroic-fantasy sans trop de fantasy, mais avec beaucoup d'heroic édité chez DYNAMITE ENTERTAINMENT aux USA (contient A Game of Thrones 17 à 20) Tyrion Lannister et les clans des montagnes qu'il s'est allié se joignent à l'armée de son père, en guerre contre la maison Stark et ses féaux. Les Dothrakis marchent désormais en direction des Sept Royaumes, et Jon Snow doit décider de son destin... Les évènements se bousculent lors de ce cinquième tome, durant lequel Daniel Abraham parvient jusqu'au climax du roman de George Martin. Au dessin, Tommy Patterson est de nouveau stable, après une période où on le sentait fébrile. (3,5/5) INVINCIBLE (tome 15, éditions Delcourt) scénario : Robert KIRKMAN (the Walking Dead, Ant-Man) dessin : Ryan OTTLEY (the Astounding Wolf-Man, Haunt) genre : super-héros en pleine crise existentielle édité chez SKYBOUND, un label d'IMAGE COMICS, aux USA (contient Invincible 79 à 84) De retour sur Terre, Invincible se rend compte que ses méthodes ne sont pas forcément toujours justifiées. Son dernier combat contre Dinosaurus va lui faire prendre conscience qu'il existe peut-être de meilleures solutions que de cogner sur tout ce qui bouge... Robert Kirkman profite de la nécessaire accalmie post-Viltrumite War pour faire le point sur la série et proposer de nombreuses pistes de réflexions sur la nature super-héroïque, mais aussi sur bien d'autres sujets de société. Ryan Ottley est en toute petite forme et, au final, ce nouveau tome manque de pep's. (3/5) RACHEL RISING (tome 3, éditions Delcourt) scénario et dessin : Terry MOORE (Strangers in Paradise, Echo) genre : fantastique avec plein de questions existentielles n'dans édité chez ABSTRACT STUDIOS aux USA (contient Rachel Rising 13 à 18) Pour se remémorer son passé, Rachel Beck tente d'entrer en contact avec sa mère décédée, sans succès. Parallèlement, les autres sorcières ressuscitées par Lilith mettent en branle leur plan visant à rayer la ville de Manson de la carte. Certes, Terry Moore, qui n'a pourtant plus rien à prouver en tant qu'artiste, ravira une fois de plus de par son talent au dessin. Mais le fait est que la série se délite quelque peu : les personnages tournent en rond, jusqu'au dénouement de cette troisième arche narrative. (3,5/5) PAS LU, PAS PRIS (et pas près de le prendre) BARTMAN tome 4, paru chez Bongo Comics Group aux USA et chez Jungle en France OINK : le BOUCHER du PARADIS (Oink : Heaven's Butcher), paru chez Kitchen Sink Press aux USA et chez Délirium en France la TOMBE de la TERREUR (Bloke's Tomb of Terror) tomes 3 & 4, parus chez Hoffman & Crawley aux USA et chez Wetta en France
  13. Antekrist

    Mais où est Dark bobob???

    Putain mec, je crois que tu viens de décrocher le Golden Shovel Award !
  14. Antekrist

    Contribuer au Projet Veda.

    Ouaip. Là c'est bon, j'ai mêlé (Toubon encore). Attendons de voir si ça fera réagir Maître Fromage.
  15. Antekrist

    Contribuer au Projet Veda.

    Nope, dans la liste des requêtes tirées (bah je suis le fils caché de Jacques Toubon) j'ai que deux vieux tromblons dont un de toi. Edit : par contre je viens de m'apercevoir que j'avais soumis un test (Fireland sur CPC) il y a un an histoire de voir comment ça fonctionnait et Jedi l'a balancé tel quel alors que j'ai encore plein de trucs à corriger et à vérifier. Re-Edit : après vérif, j'ai aucune modif plus récente que huit mois dans le dossier games Re-Edit 2, le retour : le commentaire que Rouliass a pris en test affiche toujours "un maniabilité".
  16. Antekrist

    Le topic des Comics

    Encore limité par les contraintes techniques du forum, je vous renvoie par là si vous êtes intéressés par les sorties indés du mois d'avril.
  17. Antekrist

    Génération AMIGA

    Je suis pas sûr qu'il y ait encore beaucoup d'Amigaïstes dans le coin. Moi je suis un rapporté, je n'ai découvert la machine que par le biais de l'émulation. Dessus, je pratique pas trop les point'n click parce que je les ai déjà sur PC, ni les jeux en 3D iso parce que j'aime pas ça, mais pour le prochain top, je serais assez branché run'n gun. Des fois que j'aurais loupé des pépites.
  18. Antekrist

    On se présente !

    Oh, un gens qui s'inscrit ! C'est devenu une denrée rare, les gens qui s'inscrivent. Bienvenue. Quel étrange pseudo, ça vient de quoi ? Y a 3500 jeux dans le TOSEC Amiga ?
  19. Antekrist

    Notez les jeux que vous connaissez !

    Il est là, il fait 26 pages et il doit y avoir genre deux photos dedans.
  20. Antekrist

    Le topic des Comics

    Cette année, le mois de mars est un peu plus fourni que l'année précédente. Des éditeurs comme Soleil et Réflexions refont un peu parler d'eux, mais ce sont bel et bien Panini et Urban qui se tirent la bourre, y compris sur les séries indés. Relativement peu de déchêts au final, les sorties du mois étant assez homogènes. Mais du coup, ça veut dire aussi qu'il n'y a pas de chef d'oeuvre qui se démarque particulièrement. Le comics du mois est une bonne trouvaille, mais pas non plus une révolution. LE COMICS (indé) DU MOIS (de mars) SOUTHERN BASTARDS (tome 1, éditions Urban) scénario : Jason AARON (Scalped, Wolverine) dessin : Jason LATOUR (the Expatriate, Django Unchained) édité chez IMAGE COMICS aux USA (contient Southern Bastards 1 à 4) Earl Tubb est de retour à Craw County, la petite ville d'Alabama qu'il avait quittée à la mort de son père, l'ancien shérif du bled, qui ne lésinait pas sur la violence. Son séjour ne se passe pas comme prévu, la faute à l'équipe de football locale qui sème la terreur et va même aller jusqu'à tuer une vieille connaissance d'Earl. C'est à partir de là que le vieil homme va s'employer à calmer certaines ardeurs, à grands coups de batte de base-ball ! Jason Aaron est le co-créateur de la série Vertigo fort renommée Scalped, et il a longtemps pris en main la destinée de Wolverine pour la maison d'en face. Il dépeint ici, pour sa seule série en creator-owned à ce jour, une Amérique profonde sans doute un peu cliché, mais riche en personnages charismatiques qu'il met en scène à travers une histoire de justice qui reprend les codes des westerns spaghetti. Le mélange des genres fonctionne bien, et Jason Latour le met brillamment en images. On connait assez peu cet artiste en France, et à vrai dire pas beaucoup plus aux Etats-Unis, mais il a tout de même travaillé sur l'adaptation comics de Django Unchained. Le sud des Etats-Unis, ça le connait donc un peu ! Tout en puissance, son trait clair rappelle tout à la fois Frank Quitely pour les proportions parfois excessives de ses personnages, et Nate Powell pour la lisibilité de ses cases. DANS LE RESTE DE L'ACTUALITE TEENAGE MUTANT NINJA TURTLES : les NOUVELLES AVENTURES (tome 2, éditions Soleil) scénario : Eric BURNHAM (Ghostbusters) et Kenny BYERLY (Teenage Mutant Ninja Turtles Animated) dessin : Dario BRIZUELA (Dioramas, Hulk) édité chez IDW PUBLISHING aux USA (contient Teenage Mutant Ninja Turtles : New Animated Adventures 1 et 4) Aidé par la jeune April O'Neil dont il est secrètement amoureux, Donatello infiltre une décharge à la recherche de composants pour sa dernière invention. Ce qu'il ignore, c'est qu'il s'agit d'une couverture pour une base militaire top secrète. Dans l'autre histoire de l'album, les Tortues Ninjas font face au Foot Clan. Dérivée de la nouvelle série d'animation sur les Tortues initiée par la chaîne Nickelodeon, ces aventures dessinées ont bonne mine, quand bien même elles se destinent avant tout aux plus jeunes. Fraîche, dynamique et amusante, une série sympa pour les enfants. (3/5) MARA (éditions Panini) scénario : Brian WOOD (Local, Star Wars) dessin : Ming DOYLE (the Kitchen, Jennifer's Body) édité chez IMAGE COMICS aux USA (contient Mara 1 à 6) Dans un futur où le sport de haut niveau est devenu gage d'une célébrité sans commune mesure, Mara Prince est au sommet de sa gloire. Tout bascule le jour où le monde découvre ses incroyables capacités. Les médias l'accusent de tricherie, le peuple la rejette et l'armée veut en faire une arme. Sous couvert d'une histoire de super-héros dans l'ensemble assez banale, Brian Wood s'interroge sur le devenir de l'humanité en poussant les travers du système capitaliste à son paroxysme. Une dystopie que contraste le graphisme tout en douceur de Ming Doyle. (3,5/5) RAZOR (tome 3, éditions Réflexions) scénario : Everette HARTSOE (Poizon), Shannon Morgan KIRBY (Alexa Lynn) dessin : Eric JOHNS (Skynn & Bones), Jude MILLIEN (Jazz) , Richard POLLARD (Pandora) édité chez LONDON NIGHT STUDIOS aux USA (contient Razor 12, Razor Annual* 2 et Razor : Uncut 13 à 15) Roman von Drake est mort, mais la violence est de plus en plus palpable dans les rues de Queen City. Heureusement, la ville peut compter sur la justicière Razor. Grâce à des méthodes peu recommandables, elle parvient à arrêter les pires des malfrats, comme ce prêtre tueur d'enfants. Renommée Razor : Uncut à compter du treizième numéro, la série régulière consacrée à la justicière bénéficie désormais d'histoires plus construites. Everette Hartsoe délègue de plus en plus, y compris au dessin où cela permet de profiter des dessins plus agréables de Richard Pollard notamment. (3/5) AMERICA'S GOT POWERS (tome 1, éditions Panini) scénario : Bryan HITCH (Authority) et Jonathan ROSS (Turf) dessin : Bryan HITCH (Age of Ultron, Captain America : Reborn) édité chez IMAGE COMICS aux USA (contient America's Got Powers 1 à 3) Il y a dix-sept ans, un cristal géant s'est écrasé en plein coeur de San Francisco. Toutes les femmes enceintes de la ville ont alors donné naissance à des enfants dotés de super-pouvoirs. Aujourd'hui, la Power Generation, comme on la surnomme, est la star d'un nouveau type de télé-réalité. Mais tous les enfants ne sont pas logés à la même enseigne. Pourtant né lors de l'arrivée du cristal, Tommy Watts ne semble détenir aucun pouvoir... Si la thématique de cette mini-série et certaines de ses composantes sont très proches de celles de Rising Stars, l'angle d'attaque choisi par Jonathan Ross la rend intéressante. Au dessin, Bryan Hitch se fait plaisir et se permet même quelques parodies truculentes, en faisant intervenir Sarah Pallin ou David Tennant par exemple. (3,5/5) RASL (tome 3, éditions Delcourt) scénario et dessin : Jeff SMITH (Bone, Tuki) édité chez CARTOON BOOKS aux USA (contient RASL 11 à 15) Après avoir assisté à la catastrophe de la ville de Sells, RASL est plus déterminé que jamais à détruire sa création. Mais il lui faudra franchir bien des obstacles avant d'en arriver là, et même si son plan fonctionne, qui dit que l'expérience ne peut être recréée plus tard ? Si le doute était encore permis, Jeff Smith fait une fois de plus montre de son inaltérable talent de conteur, en concluant avec brio son thriller de science-fiction. On pourra éventuellement lui reprocher une petite baisse de forme au dessin, malgré tout. (3,5/5) * ANNUAL : numéro spécial, plus épais que d'ordinaire et généralement sans lien avec la trame habituelle, qui parait une fois par an PAS LU, PAS PRIS (et pas près de le prendre) RAI tome 1, paru chez Valiant aux USA et chez Panini en France le SCULPTEUR (Sculptor), paru chez First Second aux USA et chez Rue de Sèvres en France
  21. Antekrist

    Le topic des Comics

    A noter, si jamais certains passent encore par ici, que vous pouvez gagner les volumes 1 d'East of West et Saga ici : http://www.comics-sanctuary.com/news/20234/concours-urban-comics-saga-t-1-east-of-west-t-1.html
  22. Antekrist

    Banjo Guy Ollie - Reprises musiques JV

    Ou alors personne n'aime les running gags. Mais ça, je veux pas le croire.
  23. Antekrist

    Le topic des Comics

    Février est certes le mois le plus court de l'année, mais en terme de comics indés, celui de 2015 a été plutôt bien fourni. S'il s'agit dans la plupart des cas de suites, on notera tout de même l'arrivée d'un nouveau micro-éditeur, Graph Zeppelin, le retour de Ted Naifeh chez Akiléos pour une nouvelle saga, et la volonté d'Urban Comics de développer son catalogue en dehors de DC Comics, avec en signe de cette bonne idée l'arrivée d'une nouvelle série de S-F qu'elle est bonne. LE COMICS (indé) DU MOIS (de février) BLACK SCIENCE (tome 1, éditions Urban) scénario : Rick REMENDER (Fear Agent, Uncanny Avengers) dessin : Matteo SCALERA (Starborn, Dead Body Road) édité chez IMAGE COMICS aux USA (contient Black Science 1 à 6) Scientifique anarchiste mais fort doué, Grant McKay a inventé le moyen de se déplacer entre les dimensions : le pilier. Suite à une accident, lui, son équipe et ses enfants se voient embarqués pour un voyage à travers des mondes aussi surprenants que dangereux. Le problème, c'est que le pilier a été saboté et qu'il ne peut plus être contrôlé. Il effectue donc des bonds variables entre les univers, et met l'équipe de dimensionautes à chaque fois en grand danger. Les héros de Rick Remender sont un peu tous les mêmes. Des losers a qui tout aurait pu sourire mais qui ont fait les mauvais choix. Ainsi en était-il de Heath Huston dans la fabuleuse série Fear Agent (cherchez-la en occaz' si vous ne l'avez pas encore lue) comme de Marvel Boy dans Uncanny Avengers. On ne sera donc pas surpris de trouver ce genre d'archétypes chez Grant McKay. Mais on ne peut enlever à l'auteur son imagination lorsqu'il s'agit de mettre ses personnages dans des situations inconfortables, ni son amour pour une certaine forme de science-fiction hard-boiled, un peu sâle, inspirée des pulp's. Le soin du détail de Matteo Scalera est aussi à apprécier lorsqu'il s'agit de mettre en images ces mondes incroyables. Depuis le Starborn paru chez Boom ! et partiellement traduit en français chez EP Editions, l'artiste avait fait ses valises pour Marvel, où on avait pu le voir sur Hulk ou Deadpool. Pour l'un de ses travaux indés les plus récents, il fait ici montre d'un sens de la mise en scène et d'une richesse du trait qu'on ne lui connaissait que peu. (4,5/5) DANS LE RESTE DE L'ACTUALITE The SIXTH GUN (tome 3, éditions Urban) scénario : Cullen BUNN (Deadpool Kills Deadpool, the Damned) dessin : Tyler CROOK (B.P.R.D.) & Brian HURTT (Queen & Country) édité chez ONI PRESS aux USA (contient the Sixth Gun 12 à 17) Becky Montcrief et Drake Sinclair sont désormais sous la protection de l'Epée d'Abraham, mais demeurent traqués sans relâche par les monstres que leur envoie Missy Hume. Parallèlement, Gord Cantrell fouille son passé à la recherche d'un moyen de détruire les pistolets. C'est un faux rythme qui s'installe durant cette arche narrative peu marquée par l'action, mais qui ne lésine pas sur les révélations. Cullen Bunn développe petit à petit son univers, et Brian Hurtt fait montre d'une richesse graphique assez impressionnante. (4,5/5) CLONE (tome 3, éditions Delcourt) scénario : Aaron GINSBURG, Wade McINTYRE et David SCHULNER dessin : Juan Jose RYP (No Hero, Lady Death) édité chez SKYBOUND ENTERTAINMENT, un label d'IMAGE COMICS, aux USA (contient Clone 11 à 15) Les clones sont devenus un danger public et ils sont désormais traqués aussi bien par les hommes du vice-président Davis que par les milices de la Coalition de la Dignité Humaine. Mais ils vont pouvoir compter sur une aide inespérée de la part... de leurs soeurs ? Le trio de scénaristes développe un peu plus l'univers de la série et y intègre de nouveaux personnages, avant une fin de chapitre apocalyptique. Juan Jose Ryp brille aussi bien sur les scènes d'action, nombreuses, que sur les moments plus intimistes. (4/5) CROSSED (Si Tu Voyais Ca tome 3, éditions Panini) scénario : Simon SPURRIER (Six-Gun Gorilla, X-Force) dessin : Fernando MELEK (Creature Cops, Grimm Fairy Tales) édité chez AVATAR PRESS aux USA (contient Crossed : Wish You Were Here TPB* 3) La petite vie plus ou moins paisible des habitants de l'île de Cava va se retrouver bousculée le jour où débarquent une flotte de navires de croisière américains. Qui plus est, Shaky apprend que sa maîtresse est tombée enceinte. Il va alors tout faire, à sa manière mesquine et sournoise, pour que ces deux évènements tournent en sa faveur. Il est de plus en plus difficile de détester l'anti-héros de Simon Spurrier, dont on découvre petit à petit le passé. L'auteur parvient à jouer avec un format pourtant peu propice aux digressions, et il est accompagné par un Fernando Melek pas formidable mais qui fait un travail correct. (3/5) NANCY in HELL, VOYAGE en ENFER (éditions Graph Zeppelin) scénario : El TORRES (CVO, Rogues !) dessin : Juan Jose RYP (Black Summer, Wolfskin) et Antonio VASQUEZ édité chez IMAGE COMICS aux USA (contient Nancy in Hell 1 à 4) Coincée en enfer depuis son assassinat barbare, Nancy Simmons tente par tous les moyens d'échapper aux démons et aux âmes torturées qui la traquent sans relâche. Elle va trouver en Lucifer une aide inattendue, l'ange déchu cherchant lui aussi à s'enfuir. El Torres exprime sa propre idée de l'Enfer de Dante : un parcours du combattant où se mêlent gore et érotisme malsain, qui trouvent en Juan Jose Ryp un écho tout naturel. Malheureusement, la deuxième moitié de la mini-série change de dessinateur, et le résultat est moins agréable. (3,5/5) PRINCESSE UGG (tome 1, éditions Akiléos) scénario et dessin : Ted NAIFEH (Polly and the Pirates, Courtney Crumrin) édité chez ONI PRESS aux USA (contient Princess Ugg 1 à 4) Princesse du royaume barbare de Grimmeria, Ülga n'est pas vraiment un modèle d'éducation. Robuste guerrière qui ne cède jamais devant l'ennemi, elle va se confronter à la civilisation en intégrant la prestigieuse école des princesses, où elle n'est guère la bienvenue. Si Ülga partage nombre de traits de caractère de ses prédécesseures, qu'il s'agisse de Polly ou Courtney, son créateur s'intéresse néanmoins à un nouvel univers des plus séduisants, avec un petit côté Disney (Rebelle notamment) plutôt sympa. Ted Naifeh s'essaie en outre à la colorisation imitation lavis, plutôt séduisante. (4/5) EX MACHINA (tome 3, éditions Urban) scénario : Brian VAUGHAN (Y the Last Man, Saga) dessin : Tony HARRIS (Obergeist) et John Paul LEON (Earth X) édité chez SIGNATURE SERIES, un label de WILDSTORM PRODUCTION, aux USA (contient EX Machina 21 à 29 et Ex Machina Special 3) Le premier véritable super-héros s'est reconverti en maire de New York. Anciennement connu sous le pseudonyme de l'Illustre Machine, Mitchell Hundred a dû faire son coming-out, ce qui ne plait pas à tout le monde dans la sphère politique. Dans ce troisième volume de la réédition de la série, il doit gérer un serial-cambrioleur d'une rare violence, puis il va se confronter à quelque chose de beaucoup moins terre à terre... A travers cette série politico-super-héroïque, Brian Vaughan s'attaque à de nombreuses thématiques sociétales, parfois avec panache, et parfois sans trop d'allant. Au dessin, Tony Harris est très raide, et cela rend les phases de dialogues, nombreuses, assez laborieuses. Mais ce tome 3, qui regroupe les arches narratives Smoke, Smoke et Power Down, constitue peut-être le meilleur d'une saga pas franchement enthousiasmante de manière globale. (3,5/5) REVIVAL (tome 4, éditions Delcourt) scénario : Tim SEELEY (Hack / Slash, Batman Eternal) dessin : Mike NORTON (the Sixth Gun : Days of the Dead, Battlepug) édité chez IMAGE COMICS aux USA (contient Revival 18 à 23 et la première partie du crossover* Revival / Chew) Intervenant en tant que consultante auprès du F.B.I., Dana Cypress se rend à New York, où un revitalisé aurait été repéré. Pendant ce temps, son fils se sent incompris et décide de fuguer, rendant son grand-père fou d'inquiétude et prêt à tout pour le retrouver. Tim Seeley développe son intrigue hors du cadre traditionnel de la série, mais fait évoluer son casting malgré tout. Si cette arche narrative est pauvre en révélations, elle est menée tambour battant, une cadence retranscrite par les dessins vifs et les cadrages nerveux de Mike Norton. (3,5/5) SCOTT PILGRIM (tome 3 couleur, éditions Milady) scénario et dessin : Bryan Lee O'MALLEY (Seconds, Lost at Sea) édité chez ONI PRESS aux USA (contient Scott Pilgrim 3) Pour conquérir le coeur de Ramona, Scott doit vaincre ses sept ex maléfiques. Il en a déjà battu deux, mais le troisième s'annonce retors. Todd Ingram sort en effet avec... l'ex de Scott, Envy Adams, qui se trouve être aussi leader du groupe de rock Clash at Demonhead. Envy demande à Scott de faire la première partie de son concert... Entre tranches de vie barrées et situations rocambolesques, Bryan O'Malley parvient sans cesse à rebondir et à faire évoluer son histoire. Scott Pilgrim, c'est du lourd, et plus les tomes passent, plus il devient difficile de s'en détacher. (4,5/5) SEULE pour TOUJOURS (éditions Ca et Là) scénario et dessin : Liz PRINCE (Will You Still Love Me If I Wet the Bed ?, Delayed Replays) édité chez TOP SHELF aux USA (contient Alone Forever OS*) De rencontres pathétiques en déceptions sentimentales, Liz Prince passe finalement plus de temps avec ses chats qu'aux bras d'une hypothétique âme soeur. Se montre-t-elle trop difficile à satisfaire, ou manque-t-elle d'atouts pour conquérir les hommes ? Cette fois-ci, Liz Prince s'intéresse aux affaires de coeur, et en la matière, non seulement a-t-elle de nombreux sujets à évoquer, mais en plus, elle les présente de manière plutôt amusante, une fois n'est pas coutume. A noter, un joli hommage à Charles Schulz en cours d'ouvrage. (3,5/5) * CROSSOVER : rencontre entre deux personnages ou séries, d'un même éditeur (crossover en interne) ou de deux éditeurs différents (crossover en externe) * OS : one-shot, ouvrage d'un seul tenant, par opposition à une série ou mini-série * TPB : trade paperback, recueil de fascicules ou d'épisodes numériques PAS LU, PAS PRIS (et pas près de le prendre) DEATH SENTENCE, paru chez Titan Books en Angleterre et chez Delcourt en France UNE TETE BIEN VIDE (Bumperhead), paru chez Drawn & Quaterly aux USA et chez Atrabile en France
  24. Antekrist

    Supprimer mon compte

    Ah ben oui du coup, pas étonnant qu'elle ait pas aimé : c'est froid une main de bot.
  25. Antekrist

    Supprimer mon compte

    Qui c'est qui lui a mis une main au cul dès le premier jour, hein ? Déjà qu'on a pas beaucoup de nouveaux inscrits...
×